Archives de Catégorie: Malaisie 2010 (Bornéo)

Kota Kinabalu, un autre dimanche

Par défaut
Hier c’était dimanche et le dimanche c’est le jour du massage des pieds toujours auprès de la même association des aveugles de KK.
KK Massage 003.jpg
J’ai changé de masseur. Celui ci je l’avais repéré par les mimiques de douleur que faisait son client. C’était mon jour de chance. Il était disponible.

KK Massage 015.jpg
oups c’est quoi qu’est ce
KK Massage 008.jpg
oh oh
KK Massage 005.jpg
Ahrrrrrrrrrrrrr
KK Massage 012.jpg
Ihhhhhhhhh
KK Massage 020.jpg
AAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH

KK Massage 021.jpg
IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHHHHHHHHHHHH
KK Massage 025.jpg
ARRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRGGGHHHH
KK Massage 027.jpg
plus de son, j’ai eclusé presque toutes les voyelles
par contre ce qui est sur aussi, le massage des pieds rend aveugle
KK Massage 016.jpg

Bye Bye la Malaisie, Demain nous quittons Bornéo pour une nouvelle contrée : les Philippines.

Publicités

Ranau

Par défaut

sukau 3 021.jpg
Hier matin nous avons quitté Sukau en taxi 20 RM/pers jusqu’à la junction. nous avons pris ensuite un bus qui fait la liaison Lahad Datu – KK pour 30 RM – 4 h.
Nous dormons à Orchid Hotel 40 RM mais vous pouvez trouver mieux.
Ranau est égale aux autres villes : des rues forment un quadrillage, un carré presque parfait, imeubles en béton, boutiques et à la périphérie de jolies villa avec jardins, fleurs et arbres à fruits.

sukau 3 022.jpg
sukau 3 023.jpg
Ranau est le point de départ pour visiter PORING et ses sources d’eau chaude.(19 km). Ce complexe thermal fut aménagé par les japonnais durant la seconde guerre mondiale. D’un coté des bassins d’eau froide
Poring 001.jpg
Poring 004.jpg

de l’autre l’eau chaude sulfureuse est canalisée vers des baignoires de formes et tailles diverses. Un robinet d’eau froide permet de régler la température car l’eau n’est pas chaude, elle est bouillante. Et comme actuellement les thermes de Neyrac font partie de notre actualité, c’était l’occasion d’y aller et nous en profitons pour se dorloter car le retour sera dur.
Poring 009.jpg
Une baignoire met plus de 3 h pour se remplir
Poring 010.jpg

Poring 003.jpg
d’autres bassins servent aux bains de pieds
les malaisiens viennent en famille y passer la journée
Poring 007.jpg
Poring 002.jpg
Poring 008.jpg
De ranau prendre un taxi 30 RM l’aller, nous n’avons pas trouvé le mini van à 5 RM préconisé par lonely planet ?? nous y sommes allés le samedi car ils sont parait il très nombreux et font d’incessants aller retour ranau – poring ??? L’entrée coute 15 RM. A l’intérieur du parc vous pouvez faire des randonnées et il y a aussi une ferme aux papillons, d’orchidées, une canopée, une waterfall … il y a aussi des stands de boissons et nourriture.
Après ces fabuleux moments, retour à Kota Kinabalu en mini van de ranau, 15 RM/pers, 2 h. La station de mini van à l’arrivée à KK est juste au bout de Jalan Gaya.

Sukau et le Sungai Kinabatangan

Par défaut

Sungai Kinabatangan fait parti des lieux touristiques de Sabah. De nombreux packages sont proposés par les hôtels. Compter 300 RM /pers pour 2 jours, une nuit.

sandakan.gif

Nous bien sur nous avons décidé de le faire par nous même. Trouver un Bus pour le village de Sukau fut une tache impossible. Nous avons fait les trois bus-stand de Sandakan pour trouver une solution. Nous avons donc pris un mini bus à 8 h 45 au terminal des bus pour KK en direction de Lahad Datu (17RM/pers). Au bout de 2 h, le mini bus nous lâche à la jonction pour Sukau. Il reste 42 kilomètres. De là nous avons pris un 4/4 taxi pour 20 RM/pers car nous ne savons pas quand il y a un bus pour Sukau et surtout s’il y en a un ? A 12 h nous sommes installés au Sukau B&B à 2 km à l’est du village au bord du fleuve, 20 RM le lit. Comme il y a deux lits par chambre cela nous fait la chambre à 40 RM, 10 RM le lunch et 10 RM le dîner / pers, la balade en bateau coûte 80 RM le bateau.

Sukau (4).jpg
Sukau est un petit village, extrêmement petit

Sukau (17).jpg
Sukau (109).jpg
Sukau (110).jpg

Un certain nombre d’habitations sont des home-stay, une initiative communautaire d’écotourisme pour permettre à chacun de percevoir un revenu supplémentaire.

Sukau (108).jpg
Sukau (111).jpg
cimetière musulman
le Sungai Kinabatangan est le plus long fleuve du Sabah. Il coule sur 560 km de sa source à l’est à son embouchure à l’ouest où il se jette dans la mer de Sulu.  Il a une couleur marron

Sukau (31).jpg

Autour du fleuve de nombreuses exploitations forestières, des plantations de palmiers pour l’huile de palme provoquent la déforestation

Sukau (105).jpg
sukau 3 019.jpg

20 % de la forêt de Bornéo a disparu au profit du palmier
sukau 3 014.jpg
et de son fruit
sukau 3 013.jpg
De la forêt primaire (forêt intacte qui n’a jamais été touchée par l’homme), un peu de forêt tropicale et une mangrove abritent une faune et une flore assez riche : beaucoup d’oiseaux dont 8 espèces de calaos ou horn bill

Sukau (15).jpg
sukau 2 001.jpg
Hornbill jouant au pendu
sukau 2 003.jpg
l’anhinga roux ou oiseau serpent (pas vu), des nasiques ou proboscis présents uniquement sur l’île de Bornéo
Sukau (93).jpg
des macaques

Sukau (53).jpg
une autre espèce de singes
Sukau (59).jpg
un orang outan qui dort

Sukau (100).jpg
des chats marbrés, des chats à tête plate, des cerfs, des écureuils géants, des éléphants pigmés, (qu’on a pas vu), des lézards,
Sukau (48).jpg
Sukau (50).jpg

et mais qu’est ce que c’est     
 Sukau (78).jpg
un varan, un lézard géant ?       
Sukau (74).jpg
Sukau (72).jpg
Le fleuve est la principale attraction touristique, c’est en bateau que l’on va à la rencontre des animaux et de leur milieu naturel.
Sukau (36).jpg

Nous nous sommes fait un ami cerf, François a réussi à le dompter pour que je puisse le caresser.

sukau 3 007.jpg
sukau 3 012.jpg

Sandakan

Par défaut

Depuis hier nous sommes à Sandakan. Pour nous y rendre, nous avons pris le city bus 50 sen/pers pour le local bus stand, puis un mini-van le n° 4 ou le n° 3 pour le bus stand d’Inanam 1 RM 50 et un bus longue distance 35 RM pour Sandakan. A Inanam, ne paniquez pas une dizaine de rabatteurs vous tombent dessus pour vous faire acheter votre ticket de bus auprès de leur compagnie. S’en est même un jeu entre eux. Départ 9 h – arrivée à 15 h 15.

Sandakan 009.jpg
Sandakan ressemble à de nombreuses villes de Bornéo. Un quadrillage de rues, des constructions en béton, des commerces et des restaurants  installés au R de C. Quand ils ferment à 17 h, la ville devient déserte. Certain batiments sont assez vétustes et servent aux réfugiés philippins

Sandakan 001.jpg
Cela contraste avec les jolies villas de la périphérie

Sandakan 012.jpg

Nous ne sommes pas très feru d’histoire mais en asie du sud est nous adorons visiter tout ce qui se rapportent à la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui nous avons visité le Mémorial Park de Sandakan. situé à 12 km du centre ville – prendre le bus local qui se rend à Batu 8, descendre à Taman Rimba, au rond point ou il y a le crocodile.

Sandakan 015.jpg

Le parc se situe à l’emplacement de l’ancien camp japonais des prisionniers de guerre australiens et britaniques. Le parc est aussi le point de départ « des marches de la mort » vers Ranau. De l’année 1941 et jusqu’en 42, les japonais ont conquis le sud est asiatique et le pacifique. Il y a eu de nombreux prisonniers de guerre..

Sandakan 006.jpg

En juillet 42, de nombreux prisonniers australiens ont été transportés en bateau de Singapour à Sandakan pour construire des bases militaires pour les japonais. En 1943, 770 anglais arrivèrent aussi à sandakan suivis de 500 autres australiens. Tous ces prisonniers ont été parqués ici dans un camp.

Sandakan 007.jpg
Fin 1943, ils étaient environ 2500 prisonniers. Au début les conditions de vie et la nourriture etaient convenables. A l’approche des alliés, les japonais se rendirent compte qu’ils n’avaient pas assez de soldats pour contenir une révolte, ils réduisirent les rations des prisonniers pour les affaiblir, les maladies se propagèrent, beaucoup mourrurent.
Sandakan 004.jpg
Ils décidèrent de déplacer les prisonniers à Ranau, ce qui représentait un trajet de 260 km à l’intérieur d’une jungle inhospitalière, le long d’une voie initialement tracée par les habitants pour entraver l’invasion japonaise.
Sandakan 003.jpg
En janvier 45, la première marche comptait 455 prisonniers répartis par groupe de 50. La 2ème marche comptait un groupe de 540 prisonniers et la dernière marche un groupe de 537. Peu arrivèrent à Ranau vu les conditions abominables de trajet : rations 70 g de riz par jour, eau de la rivière non potable, travaux, marche pieds nus… La maladie, la famine, les excécutions firent qu’à la fin 1945, ils ne restaient plus aucun prisonnier. Seul 6 survécurent, 6 soldat australiens qui avaient réussi à s’évader.
Sandakan 005.jpg

le Sandakan parc mémorial a été financé par le gouvernement australien en coopération avec le gouvernement de Sabah en souvenir des prisonniers qui ont souffert et qui sont morts pendant « les marches de la mort » de Ranau.

Sandakan 017.jpg

 

Kota Kinabalu, un dimanche

Par défaut

Ce matin (6h30) nous sommes réveillés par de la musette, je regarde par la fenêtre dans Jalan Gaya des centaines de stands ont pris place.

KK 3 001.jpg
A 7 h 30, nous sommes au petit déjeuner alors que la fête bat son plein à Montpezat. Voici notre salle petit déj. et la salle de repos, télé, ordinateur, lecture.. J’aime assez le coté auberge de jeunesse des hébergements en Malaisie.

KK 3 006.jpg
KK 3 007.jpg
François a un peu de mal à étaler le beurre de cacahuetes
KK 3 004.jpg
d’un coté et de l’autre
KK 3 008.jpg
A 8 h nous déambulons dans le marché ou l’on vend de tout : fruits, légumes, bijoux, animaux, plantes, bazar divers, plats préparés, gateaux.. Nous achetons même des graines pour la foire aux plants du Roux.

KK 3 009.jpg
KK 3 012.jpg
KK 3 013.jpg
KK 3 021.jpg
KK 3 024.jpg

A 8 h 30, petit massage des pieds auprès d’une association d’aveugles

KK 3 017.jpg
KK 3 019.jpg
Il est désormais 9 h 10, le marché est pris d’assaut,

KK 3 028.jpg

nous partons visiter le musée de Sabah : photos, vêtements, ustensiles des differentes tribus de sabah et la fierté du musée, le squelette d’une baleine de 18 m de long.

KK 3 037.jpg
KK 3 041.jpg
KK 3 048.jpg
des miss en photo depuis 1960
KK 3 055.jpg
KK 3 060.jpg
Pour finir notre matinée, un petit tour au marchéaux poissons

KK 3 064.jpg
KK 3 066.jpg
Demain nous partons vers une nouvelle étape, Sandakan. KK est complètement à l’ouest et Sandakan complètement à l’est de Sabah.

KK 11 002.jpg

Kota Kinabalu

Par défaut
KK 11 004.jpg

KK est la capitale du Sabah. « Elle s’étire sur une étendue de terre gagnée sur la mer.

KK 1 161.jpg
KK 1 160.jpg
KK 1 159.jpg

La ville appelée Jesselton, fut rasée deux fois par les alliés pendant la seconde guerre mondiale. La 1ère fois pour ralentir la progression des japonais, la seconde pour précipiter leur retraite. 

KK 1 157.jpg

Entièrement reconstruite après la guerre elle prend le nom de Kota kinabalu en 1963. »(LP 2008). 

KK 010.jpg

C’est une ville à angle droit, aucune rue n’est sinueuse, on dirait un quadrillage composé d’immeubles en béton, d’hotels, de boutiques, de restaurants, de banques. A l’arrière une colline boisée, devant le front de mer avec ses marchés, son petit port de pêche.

KK 2 024.jpg
KK 2 028.jpg
KK 2 016.jpg
KK 2 007.jpg

Aujourd’hui départ pour le parc national Tunku Abdul Rahman et l’île de Manukan.

KK 1 018.jpg
KK 1 019.jpg
Le Parc de T.A.R. comprend 5 îles : Manukan, Gaya, Sapi, Mamutik et Sulug.  KK 1 140.jpg
Sa superficie 49 km2. A 9 h 10 nous embarquons, gilet obligatoire. Coût : bateau 13 RM, taxe pour le port  6 RM et à l’arrivée sur l’île 10 RM pour le parc national soit 29 RM/pers.

KK 1 142.jpg

Nous avons choisi Manukan car peut être a t-elle les coraux les moins endomagés par la pêche à la dynamite. La traversée dure environ 15 à 20 mn et chaque île possède des plages de sable blanc et une eau verte émeraude transparente.
En sautant sur le débarcadère nous sommes un peu décontenancé, car horreur, des jelly fish (méduses) nagent dans notre aquarium naturel.

KK 1 099.jpg
KK 1 101.jpg

Comme Manukan est une île avec 20 ha de végétation luxuriante, c’est à pied et non pas par du snorkeling que nous commencerons notre découverte de l’île.

KK 1 041.jpg
KK 1 046.jpg
ensuite nous nous sommes dit
KK 1 059.jpg
t’as vu la couleur de l’eau, ça serait con de ne pas se baigner.. et donc ni une ni deux nous y allons. Bon pas longtemps car hélas les méduses rodaient. Je passe un peu de temps à regarder une nouvelle attraction le seawalking. Cela consiste a aller sous l’eau grace à un casque de scaphandrier préssurisé accompagné d’un plongeur. On peut descendre jusqu’à 5 m de profondeur assis sur un drole d’engin. Pour mieux voir les poissons on vous donne du pain dans une bouteille que vous leur donner dès qu’ils s’approchent de vous. Cela coute 250RM/pers.
KK 1 074.jpg
KK 1 075.jpg

KK 1 073.jpg

KK 1 063.jpg
KK 1 066.jpg
KK 1 068.jpg
Cette demoiselle est sortie un peu dépitée par les démangeaisons dues aux méduses
De retour à l’embarcadère, un autre spectacle nous attendait, celui d’un poisson énorme, affublé de deux petits requins poissons pilotes.
KK 1 125.jpg
KK 1 126.jpg
KK 1 121.jpg
Nous terminons la journée par the coucher du soleil et un petit concert live douceureux.

KK 2 002.jpg
KK 2 008.jpg

BSB – Kota Kinabalu

Par défaut
Fin Brunei 001.JPG

Départ de la chambre à 7h45 pour prendre le bus express à destination de Muara. (8h10). Nous arrivons pile à 9h à l’embarcadère, heure de depart du bateau. Un des membres de l’équipage, le fait attendre le temps de nous permettre d’accomplir les formalités : achat du billet, immigration de Brunei.

Fin Brunei 003.JPG
Fin Brunei 018.JPG
Zone pétrolière oblige, nous croisons des dizaines de super tankers le ventre chargé d’un liquide noir et visqueux

Fin Brunei 012.JPG
Fin Brunei 006.JPG
Au bout d’1h30, nous acostons à Pulau Labuan, île zone franche de Malaisie.

Fin Brunei 033.JPG
Brunéi c’est bien mais pas une seule goutte d’alcool n’est autorisée même chez les restaurateurs chinois. Ici les boutiques regorgent de chocolats et d’alcools détaxés.
Au fait, FUMER c’est dangeureux pour la santé, ames sensibles s’abstenir. 

Fin Brunei 030.jpg
Fin Brunei 025.jpg
Fin Brunei 029.jpg
Fin Brunei 028.jpg

Ici ils ne font pas dans la demi mesure
Nous obtenons notre 4ème visa malaisien et à 13 h nous embarquons pour Kota Kinabalu dans l’état de Sabah.

KK 001.jpg

Nous y arrivons à 16 h 15 avec une mer quelque peu agittée.

KK 004.jpg
Nous mettrons une bonne heure pour trouver une chambre digne de ce nom, nous logeons au Summer Lodge sur Jalan Galia – 65 RM avec le petit déjeuner, douche commune, bien situé, propre.
KK a l’air sympa nous y resterons quelques jours.

KK 005.jpg

L'état de Sabah

Par défaut
275px-MalaysiaSabah.png

Le Sabah (connu aussi connu sous l’appellation de la Terre sous le vent) est le deuxième État de Malaisie par sa superficie. Il est situé au nord de Bornéo. La partie malaisienne de l’île inclut aussi l’État du Sarawak..                                                                             

Capitale et ville principale : Kota Kinabalu                                                                                                                          Gouverneur : Ahmadshah Abdullah        Superficie : 76 115 km²

Population (2000) :  2449 389 hab, densité : 32,2 hab/km² – Outre les Malais qui peuplent le littoral de l’île de Bornéo, la population de Sabah comprend de nombreux groupes ethniques indigènes, qui sont donc comme les Malais, catégorisés bumiputera (« fils du sol », c’st-à-dire « indigènes »), par opposition aux Chinois et aux Indiens de Malaisie. Le plus important numériquement de ces groupes sont les Kadazan-Dusun. La langue kadazan appartient à la famille malayo-polynésienne mais est distincte du malais. Elle est apparentée aux langues de Bornéo groupées sous le nom de dayak.

Outre le drapeau malaisien, Sabah possède aussi son propre drapeau sur lequel est représenté le Mont Kinabalu.

651px-Flag_of_Sabah_svg 2.png

Sa devise : Sabah Maju Jaya

Histoire : En 1703, en signe de reconnaissance pour l’aide que lui avait apportée le sultan de Sulu (un archipel dans le sud des Philippines actuelles) pour combattre une rébellion, le sultan de Brunei lui donne un territoire dans le nord de Bornéo.

Dans les années 1840, l‘intérêt des puissances coloniales pour Sulu s’accroît. En 1865, le consul américain à Brunei, Claude Lee Moses, obtient du sultan un bail de 10 ans pour le territoire de Bornéo du Nord. Mais après la Guerre Civile, les États-Unis n’ont plus envie de s’occuper de colonies asiatiques. Moses vend ses droits à l’American Trading Company basée à Hong Kong. Celle-ci y établit un poste. Des difficultés financières et des fuites de travailleurs immigrés amènent à l’abandon du poste en 1866.

-DAYAK_WOMAN_SARAWAK_BORNEO avant 1911.jpg
femme Dayak avant 1911

Le bail expirant en 1875, l‘American Trading Company vend ses droits au consul d’Autriche-Hongrie à Hong Kong, le baron von Overbeck. Overbeck obtient de Brunei un renouvellement de 10 ans du bail. Il signe un accord similaire avec le sultan de Sulu en 1878. Mais son gouvernement n’est pas intéressé par le territoire. Bornéo du Nord devient protectorat britannique  e n 1888, et colonie de la Couronne en 1946, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La colonie obtient l’indépendance en 1963 et rejoint la Fédération de Malaisie sous le nom de Sabah. C’est l’époque où le président indonésien Soekarno se lance dans une confrontation Indonésie-Malaisie. Invoquant l’épisode historique du don de Sabah par le sultan de Brunei à celui de Sulu, les Philippines revendiquent également le territoire.

geo.fr.jpg

Kuching – Miri

Par défaut
borneo_carte.jpg
Samedi soir nous avons pris le bus  pour MIRI, proche de la frontière du sultanat de Brunéi. Départ 17 h 15 – arrivée 8 h 15 le dimanche matin. Le bus était confortable mais c’est une nuit presque blanche.  
Nous sommes venus à Miri pour nous rendre au Gunung Mulu National Parc connu pour ses pinacles.
miri 011.jpg

Nous abandonnons cette idée pour différentes raisons. Le coût est assez important. Il faut payer : l’avion pour nous y rendre, le parc, l’hébergement et le guide pour chaque sortie. Celle des pinacles coute 400 RM à partager entre visiteurs mais si nous sommes que tous les deux, cela fait une note assez élevée. De plus à cause de démangeaisons importantes nous venons de passer une 2ème nuit blanche et la montée aux pinacles est assez physique.

Nous restons donc un jour de plus à Miri, ville de 270.000 habitants. C’est un ancien village de pêcheurs qui a pris son essort lors de la découverte de pétrole dans la région. L’économie est aussi basée sur l’huile de palme –  l’huile de noix de coco – le poivre et le caoutchouc.
C’est une ville très commerçantes, de nombreux marchés, beaucoup de boutiques et de restaurants. Mais comme toutes les villes de Bornéo assez déserte apèrs 17 h.

miri 010.jpg

Nous dormons au Cosy Inn – lot 544 – 547 South Yu Seng Road à coté du Mega Hotel : 55 RM

miri 008.JPG
miri 012.JPG
Demain nous partons pour Brunéi, cela semble un peu compliqué vu le nombre de bus que nous devrons prendre.

BAKO National Parc jour 3

Par défaut

Le 4 mars

La matinée a débutée par un chalet envahis de macaques, guettant la moindre ou fenêtre ouverte pour s’y infiltrer.

Bako national parc 057.JPG

C’était Jumanji. J’ai même eue un François qui sortant de la douche, a eu besoin d’aide d’une Edith armée d’un bâton pour rejoindre la chambre. Aujourd’hui, nous faisons une boucle, la randonnée de Lintang. 5,8 km, 3 h ½.

Bako national parc 218.JPG

Bako national parc 215.JPG

Bako national parc 236.JPG

Les temps indiqués pour les randonnées sont justes, et en effet nous avons fait le premier jour une marche de 800 m en 1 heure. Nous découvrons une autre variété de plante carnivore.

Bako national parc 219.jpg
Bako national parc 221.JPG

Pour notre dernier jour, et nous avons la joie d’apercevoir des nasiques males reconnaissables pour leur nez en forme de concombre.

Bako national parc 256.jpg
Bako national parc 261.JPG
Bako national parc 263.JPG
Bako national parc 268.jpg
Le nasique est un singe extrêmement vif qui fait des sauts d’arbre en arbre, de cime en cime. Le nez est différent selon le male (arrondi et long) et la femelle (en pointe). C’est un singe assez grand, aux membres fin et au ventre comme un internaute l’a décrit de buveur de bière.  

Nous apercevons aussi une autre race de singes, les Langur, singes gris.

 Bako national parc 285.jpgBako national parc 276.JPG

 

Bako sera un souvenir inoubliable, et nous y reviendrons sûrement pour y passer un peu plus de temps.

Des constructions en béton sont en cours, une ouverture sur le tourisme de masse serait dommage.

Bako national parc 252.JPG
 
Bako national parc 047.jpg