Archives de Catégorie: Inde 2016

Hampi au fil de l’eau

Par défaut

Le 25

Go direction hospet pour dévaliser un ATM, les nouveaux billets de 500 et 1000 roupies arrivent aujourd’hui. Résultat : rps20161125_135642Bon ça commence à craindre, on a encore des euros mais pour combien de temps… Au retour on rend visite à Kacimbi qui est désormais professeur de couture. Deux jeunes filles étaient chez elle pour apprendre  la confection du corsage que les femmes portent sous leur sari. Puis, nous allons nous consoler au Mango Tree restaurant pour nous délecter de son fabuleux thali. dsc01347De retour au Viky’s nous avons la surprise de voir Immam. Il a toujours l’air aussi triste et soucieux.  Nous irons voir toute la famille dimanche matin.

Commence ensuite nos balades sur le site d’Hampi. Notre préférée celle qui longe la rivière Tungabhadra, au bout de main road, à l’opposé du temple Virupaksha.

rps20161125_141953

rps20161125_141915

La rivière coule à travers le site d’Hampi, le matin au bord des gâths (escaliers descendants vers une riviere sacrée), on peut voir le bain de l’éléphant du temple de Virupaksha, les pèlerins faire des offrandes et leurs ablutions ,  les habitants y lavent leur linge. rps20161126_115401

rps20161126_120025

rps20161126_115847

rps20161126_115640

rps20161126_115746

Le  26

Ce matin nous changeons de coin, nous allons de l’autre côté de la rivière  au village de Anjanhali. L’endroit est plus décontracté moins bruyant. Hier  la police est passée dans Hampi bazzar et a imposé aux Shops,  restos et lodges de mettre des panneaux portant une interdiction de fumer dans le village.

rps20161126_115818

Hampi est un site classé aux monuments historiques de l’Unesco, un lieu saint de pèlerinage.  il est également interdit de boire  de l’alcool .rps20161126_115701

Pour la traversée vers la rive d’en face c’est 10 rps par personne. Ce matin, les filous de bateliers avaient décidé  que cela serait 50 rps. Grosse  arnaque pour les touristes même indiens. Nous n’avons pas voulu payer, ils nous ont fait descendre sans payer . Il est sûr  que si ils nous avaient fait faire le voyage de retour, nous aurions indiqué aux touristes qui attendaient pour traverser de ne pas prendre ce bateau mais l’autre. Tout fout le camp…rps20161126_164643

Nous logeons au hema guest house 700 rps le bungalow qui donne sur les champs de riz.

Publicités

Hampi bazaar

Par défaut

Le 24

Après 45 mn de taxi pour rejoindre la gare de Margao, rps20161125_1324127 h de train pour Hospet et 20 mn de rickshaw pour Hampi,  nous voici de nouveau à  Hampi Bazaar pour la 7 ème fois. Comme  toujours nous dormons au Vicky’s guest house 700 rps la chambre à l’étage très spartiate . rps20161125_132438

Mais on connaît le manager depuis notre premier voyage ici. Hampi on ne s’en lasse pas. Ce  site est toujours aussi fabuleux, il y règne  une grande  douceur de vivre.  Le seul hic c’est que d’ici 3 ans plus aucun touriste ne pourra y résider seule les habitations ou resident les vieilles familles d’hampi résisteront  au bulldozer . 

Avoir toujours un plan de rechange

Par défaut

rps20161122_121721Ce matin nous quittons palolem Tree house pour déposer des bagages chez kiran. En effet nous lui avons réservé 2 scooters pour nous rendre à Gokarna dans l’état du karnataka. Les deux scooters sont des scooters privés, nous ne pouvons pas circuler dans un autre état avec ces véhicules. Gloups, déjà on galère assez avec nos billets anciens de 500 rps ( peu de restaurants les acceptent, même Fernandes sur la plage les refuse), alors être arrêtés, payer un bakchich peu pour nous. Nous changeons nos plans.

rps20161122_121624Nous gardons un scooter et on se fait un aller retour Margao  pour prendre un billet de train, nous partirons jeudi pour Hampi.

rps20161122_121649On arrive à l’heure du tea time, heureusement cela ne dure que 15 mn. Au retour on s’arrête dans une banque pour échanger nos billets de 500 rps.

rps20161122_121526Pour cela il faut une copie du passeport, remplir un imprimé, attendre au guichet, nous entendre dire que l’on peut changer uniquement que 4 billets de 500 par personne contre un billet de 2000 rps neuf que nous ne pourrons pas dépenser car là où nous mangeons ils n’auront jamais assez de monnaie à nous rendre. Avant d’encaisser notre argent on nous fait une marque sur le doigt à l’encre noire, genre tippex mais en noir, pour montrer que nous avons changé  des vieux billets contre un neuf. On sait jamais si c’est nous qui blanchissions l’argent. Tout cela prend près de 45 mn.

rps20161122_121559pour en savoir plus

Kiran nous apprend que cette tâche d’encre sur le doigt reste au moins un mois. C’est cette technique qu’ils utilisent lors des élections pour éviter les doubles, triples votes par une même personne. Voici un aperçu de Coconut grove.

Toute la famille se démène pour que tout soit opérationnel rapidement. Les prix en Inde, comme le changement de monnaie, grimpent. Il est vrai que malgré tout cela reste le pays le moins cher d’Asie. Le bungalow chez kiran est désormais à 1200 rps la nuit soit 16 € 56.

La démonétisation indienne

Par défaut

Vous arrivez en Inde actuellement avec votre carte de crédit, même gold, elle ne vaut rien. Imaginez votre bout de plastique au bout des doigts pas d’ATM raéaprovisionné vous êtes dans la mouise. Et quand vous arrivez à retirer de l’argent en billet de 2000 rps qu’en faites vous ? Un thé c’est 10 rps, un coca 20 ou 30 rps, un thali 100 rps. Croyez vous que la petite Shop ou vous buvez,  mangez  va vous rendre la monnaie sur 2000 et bien non, ici personne n’a de monnaie à vous rendre.
Bon donc je récapitule : le gouvernement arrête la distribution des billets de 500 et de 1000 roupies à cause du black money, l’argent sale. A la place il sort des billets de 2000 avant de sortir les nouveaux billets de 500 et de 1000.

Résultat  : le pays est dans la merde, les touristes sont dans la merde. Cependant tout le monde garde le sourire.
Ouf nous avions pris par chance des euros. Mais quand on va dans les money changer souvent ils n’ont plus de cash. Ils nous indiquent vers quelle heure ils seront réaprovisionnés en billets. Quand ils le sont, ils nous échangent nos euros contre des billets de 500 qui n’ont plus cours à partir du 24 novembre. Ils pourront cependant être échangés dans les banques, avec beaucoup de patience jusqu’au 31 décembre. Échangés oui mais contre des billets de combien… cela s’appelle une demonetisation à l’indienne. Bien prévenir le gouvernement français que s’il a été payé en billets de 500 et 1000 rps pour la cinquantaine de Rafale qu’ils leur ont vendu c’est mal barré.
En bref, les vacances se passent bien. On se lève tard car crevé de notre saison et du décalage, on est moite toute la journée et surtout on passe nos journées auprès des ATM et des money changeur. On s’est toujours pas baignés.
Après un wiskhy  MC dowells on s’aperçoit qu’au lieu de nous refiler des billets de 2000 ils nous donnent toujours des billets retirés de la circulation mais qui remettent eux, inlassablement en circulation.

50 h de voyage

Par défaut

Le 14 novembre
François prend sa douche, je téléphone à Nicolas et Estelle, à Danièle.
Edith prend sa douche, François téléphone à sa mère.
A 10h30, après un café chez Pierrette, nous partons en super Dacia jusqu’ à Aubenas.
A 11h nous sommes attablés devant un kir à la mûre. C’est notre première étape parmis de nombreuses autres mais ça on ne le soupçonnait même pas .
A 13h nous sommes dans le parking de la gare routière ou nous laisserons notre véhicule un mois.
A 13 h 20, le bus démarre direction gare de Valence TGV. Nous y arrivons à 15h30. Nous déposons nos bagages dans un coin et achetons dans une machine un chocolat chaud. En moins de 10 secondes un agent de sécurité SNCF est près  de nos sacs. On lui signale vite que ce sont les nôtres, il ouvre son talkie walkie et indique que c’est une fausse alerte. Top tard 3 policiers sont déjà là et nous rappelle que nous sommes en plan vigipirate
A 16 h une annonce haut parleur nous informe qu’un camion a percuté un pilone qui est tombé sur un caténaire près de Lyon Part Dieu. Notre train pour paris Charles de gaulle de 16 h 15 partira de la gare de Valence ville à. …… SURPRISE
A 16 h 32 nous empruntons le TER pour Briancon , 7 minutes plus tard nous arrivons à Valence ville.
A 16 h 55 nous montons dans le TGV pour paris qui a été détourné par Valence ville.
François écoute de la musique
Edith écoute les Blablabla :
–  » j’ai vu le contrôleur, le train doit arrivé à roissy à 20 h 45, c’est loupé notre avion décolle à 20h50″
– « si vous ne savez pas où dormir un catalan veut bien dépanner des occitans »
–  » vous ne pouvez pas vous taire, je n’entend pas le monsieur de la SNCF »
– » maman, je te le dis je déteste ce genre de comportement que tu peux avoir »
-« monsieur, il y a quelqu’un a cette place mais normalement c’est la mienne, je vous préviens, si quelqu’un vient me dire que j’occupe son siège, je reprendrais cette place »
–  » la SNCF nous remboursera une partie de nos billets de train, elle nous trouvera un hôtel mais par contre il n’y a aucun dédommagement pour les billets d’avion »
Et oui 1 h 30 de battement entre l’arrivée du TGV et le décollage de l’avion c’est un peu juste les cocos…
Bon à 21 h, nous sortons du TGV qui poursuit vers Lille puis Bruxelles.
Grâce à l’agent du guichet d’informations qui répond aux questions des voyageurs comme un robot : rapide et efficace, en très peu de temps nous nous retrouvons à la plate forme 1 ou passe le bus Silver qui nous mène à l’hôtel F1.
A 21 h 45 nous déposons nos bagages dans la chambre , hôtel très cleam, 6 étages avec ascenseur.
A 22 h nous sommes attablés à une table du Buffalo grill rien d’extra c’est sûr
A 23 h 15 extinction de la lumière.
Le 15 novembre
Levés 7 h, 7h30 nous essayons de faire de la monnaie pour prendre un café au distributeur. Comme à l’accueil, ils n’ont pas de monnaie, ils nous indiquent l’endroit du petit déjeuner et nous offre un café.
François se rase
Edith range un peu les bagages.
A 8 h 20 dans le bus Silver nous faisons le chemin à l’envers direction l’aérogare 2.
A 9 h comme nous sommes dans la file d’attente pour l’enregistrement des bagages, une alerte bagage isolé juste à l’endroit où nous enregistrons. Tout le monde est contraint de sortir, il leur faudra à peut prêt 30 mn pour sortir le bagage et le faire exploser ou imploser à l’extérieur de l’aéroport.
A 10h 45 nous sommes dans l’avion, un problème technique, nous décollerons à midi au lieu de 11 h.
6 h plus tard nous atterrissons à Bahrain.
A 23 h heure de Bahrain nous décollons pour Bombay.
Le 16 novembre
Il est 4h45 quand nous sommes enfin en Inde. Le passage de l’immigration demande au moins 30 mn. C’est vrai qu’ils sont nombreux ces indiens. Nous récupérons nos bagages et nous nous dirigeons vers la flèche indiquant le domestic airport pour prendre notre vol pour Goa. Gloups d’ici ne partent que les compagnies Indian Airlines et easyjet. Pour Indigo il faut prendre un taxi pre-payé 230 rps pour se rendre à un autre terminal. Et là encore la queue pour le pré payé, la queue pour le taxi, la queue pour rentrer dans l’aéroport domestique, la queue pour l’enregistrement.
A 7 h nos bagages sont enregistrés. Maintenant il faut changer de l’argent. 1er ATM hors service, 2 ème ATM hors service, le bureau de change est fermé, il ouvre à 8 h peut être car il n’a pas été livré en argent.

rps20161117_055138et oui Sylvie même en Inde j’arrive à porter une doudoune.
Nous attendons plus de 4 h dans la salle d’embarquement et là en lisant The Times of India, François m’apprend que le gouvernement indien souhaite retirer les pièces de la circulation. Cette annonce a eu pour effet de précipiter des milliers d’indiens dans les banques pour obtenir des billets à la place de leurs pièces. D’où le problème du non réaprovisionnement des ATM et des monnaies changeurs. Incroyable Inde, tout change mais rien ne change. En attendant. On peut pas manger, on peut pas boire avec nos malheureux 30 rps restant.
A 11 h 30 nous décollons , à 13 h00 nous sommes à goa.
edith récupère les bagages
François court après un ATM.
Résultat : nous restons plus d’une heure près d’un bureau de change ou il y a indiqué no cash, ils en ont mais ils avaient une panne informatique.
A 14h 20 après avoir essayé de négocier un taxi pour Palolem à 1000 rps (que nous n’avons pas ) nous prenons un faux vrai taxi à 1500 rps (le pré paid est à 1800).
A 15 h 45 nous sommes à palolem. Ici heureusement tourisme oblige, les bureaux de change ont du cash et non limité. Donc le fin mot de l’histoire c’est que l’Inde démonetise et qu’au 24 novembre tous les billets changent, les anciens sont valables jusqu’en décembre.
Bon allez encore un épisode, celui de Kiran et Coconut groove. Comme d’habitude les chalets sont à peine montés. C’est le bronx dans son terrain. Il est vrai que d’habitude on arrive vers le 22 nov.

rps20161117_055228Tant pis on va dormir juste à côté au Palolem Tree House 800 rps la nuit au lieu de 1100. Nous avons la vue sur les cabanes à Kiran. Le plus spectaculaire c’est la métamorphose d’Aria.
A 17 h nous sommes chez Fernandez pour la Kingfisher et le coucher du soleil

rps20161117_055243
À 19 h nous dormons jusqu’à 9 h le lendemain.