Kathmandu 3

Par défaut

Le 23 mars

Coucou à Paras et à son associé  au bureau de Alpes Himalaya. Biru nous rejoins au restaurant le Ghilinche pour partager  une bière et des momos.  Ensuite nous prenons un taxi pour rejoindre Reekha et visiter leur futur agence de vente de billets d’avions

et le futur lassi shopNous sommes très fiers d’eux et je suis sûr qu’ils y arriveront. Biru s’est trouvé aussi un partenaire à Taïwan pour le commerce des bols chanteurs Tibétains.

Le 24 mars

Aujourd’hui dure journée. A 9h15 Gayendra vient nous chercher à  l’hotel pour aller prendre le petit déjeuner – déjeuner chez Lila. Nous prenons un micro-bus. Un enchevêtrement de gens environ 25 personnes pour un mini bus de 12 places. Superbe dal bât comme toujours.

Nous arrivons à nous échapper 3 h avant de repartir cette fois ci chez le fils de Gayendra Nabin, que nous n’avons pas vu depuis  10 ans. Il est marié avec Barbara et ont 2 filles Maya et Tara. Maya 8 ans parle couramment l’italien, pays d’origine de sa maman, le népalais et l’anglais. Nabin organise des trekkings mais il donne aussi des cours de yoga et poursuit une formation de naturopathe. Shanti,  sa soeur était aussi présente ainsi que son mari et leur petite fille de 2 ans. Nabin nous a préparé une salade et des pâtes avec du parmesan. C’était délicieux et nous avons passé une agréable soirée tout en anglais. Gayendra a une bien jolie famille et trois petites filles adorables. Le Népal nous manque déjà,  les népalais on le dit depuis 30 ans, sont vraiment tous d’une extrême gentillesse.  Ils sont calmes et accueillantsUne photo d’une photo prise chez gayendra de Nabin et de sa jolie famille.

Le 25 mars

Dernier jour de voyage. Nous voyons enfin Tara qui a pu se libérer une petite heure. Elle est toujours très prise avec sa maman qui est malade. Ensuite rendez vous au restaurant pour un dernier dal bât avec Biru,  reekha et Paras. 

C’est Nabin, le fils de gayendra qui nous conduit à l’aéroport. Il est 19h dans une heure, notre premier vol kathmandu – Dubai clôturera notre voyage 2018. See you son.

Publicités

Bakthapur

Par défaut

22 mars

Ce matin nous allons prendre le bus à Ratna park pour nous rendre à Bakthapur. Les murs de l’ambassade des États unis ont été tagués de façon très humoristique la statue de la liberté tenant un moulin à prières  le Mont Rushmore avec une partie de la chaîne de l’hymalayaNous mettons 1 bonne heure pour arriver dans ce qui était la ville musée de la vallée de kathmandu. Comme pour le Dubar Square de Kathmandu nous empruntons ici aussi notre chemin secret pour rentrer dans le village et éviter de payer 15 $ l’entrée du site. Nous ne tombons pas sur un barbecue mais sur un sacrifice de chèvre. 

Bakthapur est toujours en reconstruction et ne supportera pas un nouveau tremblement de terre s’il devait arriver prochainement.

Nous nous baladons dans les ruelles ou tous les habitants sont affairés à la reconstruction. Les briques pouvant être réutilisées sont consencieusement lavées.Bakthapur est devenu la ville poussière mais ici aussi les touristes sont revenus pour le Dubar Square qui contrairement aux habitations à bien résisté.Nous rendons visite à notre ami Shyam qui effectue également dans son hôtel de gros travaux de restauration. Il lui reste 15 jours avant le nouvel an Newar ou il espère avoir de nombreuses réservations. Toute sa famille vit au dernier étage dans une poussière fine car ils sont obligés de faire le béton à l’intérieur de l’hôtel pour monter les murs. Ils vivent cette situation depuis 2015 puisqu’ils ont l’interdiction de réintégrer la maison familiale pour cause d’instabilité de la structure.Quoiqu’il en soit, alors que je n’ai pas vécu les tremblements de terre, j’y pense tout le temps.

Kathmandu 2

Par défaut

Mercredi 21 mars

Ce matin notre flanerie nous mène jusqu’au Dubar Square de Kathmandu (ensemble de vieux temples). Comme toujours nous empruntons notre chemin secret pour ne pas payer les 1000 rps de droit d’entrée. Sur le chemin nous croisons un étonnant barbecue.

La viande de buffle est enfumé. Les travaux de restauration continuent mais il reste beaucoup à faire.

Ce qui nous étonne le plus c’est le nouveau dynamisme que connaît le Népal. Est ce du au tremblement de terre, à la joie d’etre vivant ou le pays doit se relever dans un nouvel elan où est ce du au nouveau parti communiste mis en place qui insuffle un changement positif sans corruption. La preuve c’est que désormais les habitants ont de l’électricité 24 h/24, alors que nous avons connu trente années où l’on avait 6 h d’électricité par jour.

Des travaux gigantesques sont entrepris, routes, canalisation d’eau.. pour le bien être des habitants. Dans l’après midi, nous rendons visite à Guayendra. Il a maigri, il semble triste et fatigué. Il nous apprend que son épouse est parti pour toujours en juillet dernier. Une façon poétique de nous annoncer son décès. La maman de son épouse est toujours en vie, elle a 88 ans et pour la première fois en 12 ans, elle ne nous a pas reconnu.

Kathmandu

Par défaut

Lundi 19  mars

A 8h45 nous sommes dans le bus en partance pour kathmadu. Nous prenons toujours le bus local, il y en a toutes les 20 mn, les départs se situent en face du City park bus de pokhara. Rien à signaler, les paysages défilent comme il y a 20 ans. Beaucoup de bus, beaucoup de camions. C’est à 20 kms avant kathmandu que cela se gâte. C’est très long et poussiéreux pour arriver au col, c’est très très long et très très très poussiéreux la descente sur kathmandu. Pour les habitants qui vivent aux alentours,  en France, on parlerait de maltraitance. Nous arrivons vers 16 h. Cela fait 30 ans que c’est 8 h de trajet. Nous prenons un taxi pour le quartier de Paknajol. Nous avons réservé au Andes Hotel qui se situe à côté du Nirvana PeaceLes prix grimpent aussi au Népal,  nous payons la chambre 1000 rps, le nirvana est à 1500 rps. Vue de kathmandu de la terrasse du toit

Mardi 20 mars

Regardez bien les images qui suivent 

Et oui pour le plus grand bonheur des touristes et peut être des habitants et commerçants,  le quartier de Thamel est devenu une zone piétonne. ON RESPIRE DE NOUVEAU. Notre première visite est pour Paras, l’ancien patron de Biru. Son business de trekking  marche pas trop mal . Il a beaucoup de partenaires en France. Biru va bien, il a passé un an au Danemark . Il fait un peu de commerce avec la Chine et TaïwanSon nouveau projet,  ouvrir un lassi shop dans le quartier où il habite à kathmandu.

Pokhara

Par défaut

Nous revoici donc à Pokhara ou nous coulons des journées paisibles souvent près du lac. Il ne fait pas très beau. Au retour dans notre hôtel toutes les chambres sont occupées.  Nous changeons donc pour le Global Inn au prix de 1000 rps la nuit le personnel est beaucoup plus sympa. Le lendemain de notre retour de trek, c’est matinée dépoilage. Pour moi c’est les surcils pas fait depuis 3 mois, mesdames, mesdemoiselles accrochez vous 30 cts d’euros l’épilation parfaitement exécutée au fil. Pour François c’est rasage de tête et de barbe 3€10 .

Voilà une bonne chose de faite. Tous les soirs c’est bière Sam Miguel avec des chips Chili.  François a reussi à  soutirer la recette pour pouvoir cet été et même avant vous en régaler.

Vendredi matin après une vrai nuit d’orage, le ciel est complètement dégagé. Nous pouvons apercevoir les montagnes. Nous louons un bateau avec driver qui est une driveuse et hop c’est parti pour plus d’une heure de balade sur le lac.

Dimanche nous nous rendons au Devi’s fall. Malgré la pluie qui est tombée en abondance, elles sont minceson en profite pour faire quelques photos souvenir en costumes de taule.

Parfois repas frugal mais happy hour a toutes heures. Lundi matin nous partons en bus local pour kathmandu,  dernière étape de notre voyage 2018 ou devrais je dire 2074 pour le Népal.  Nous allons desormais décompter les jours.

Trekking dans les Annapurnas : jour 8 à 10

Par défaut

12 mars : 8 ème étape Tolka – Deurali 2100 m – Pothana 1980 m : 3h10Hier soir dal bât raksi (vin local degueu) avec Ram et son frère qui est instituteur à l’école de Tolka. Le sosie de Doc Gyneco même bonnet, même façon de parler après plusieurs verres de raksi D’ailleurs à l’inter classe de midi, il est revenu manger le dal bât et boire du raksi. En fin de compte il est peut être le fils caché de Doc Gyneco et de Stéphane Bern.L’après midi pour les élèves cela doit être olé olé. Ce matin déception, le ciel est encore très nuageux, c’est la dernière fois que nous apercevons les montagnes On salut Ramqui est le seul a posséder encore le schema du trek peint sur un de ses murs 8h40 c’est le départ pour Pothana. Petite balade sympa pendant 45 mn. Certaines lodges sont abandonnées Ensuite on peut continuer la route jusqu’à Pothana ou faire, comme nous, une montée interminable mais faisable d’une bonne heure 15, jusqu’au col de Deurali situé à 2100 m.

Pause coca, Je laisse une polaire à Deurali, les gens ne sont vraiment pas riches. La descente sur Pothana se fait en 40 mn juste avant l’arrivée de la pluie. Nous dormons au See view lodge, la première Lodge en arrivant de Deurali. C’est la plus côté niveau bouffe vu les nombreux groupes qui s’y arrêtent. Il caille depuis plusieurs jours le soleil est vraiment absent. Nous arrivons juste quand il se met à pleuvoir des cordes Coût repas et chambre (300 rps) : 3860 rps

13 mars : 9 ème jour de trek : Pothana – Pothana
Journée de repos. Cela étonne tout le monde nos petits parcours. En effet nous allons vraiment de village en village. Aujourd’hui nous aurons fait au moins 4 – 5 fois, les 100 m qui séparent le début et la fin de Pothana.
Coût repas et chambre : 3890 rps

14 mars : 10eme jour de t rek : Pothana – Australian Camp 2010 m – Kandé : 1 h 50

Depart 8 h. Nous devions nous arrêter à Australian Camp mais aujourd’hui c’est bouché de chez bouché,  le temps et la crasse auront eu gain de cause, nous redescendons jusqu’à Kandé ou nous prenons un bus pour Pokhara à10h. La route est vraiment dégradée, à un moment nous sommes obligés de passer dans le lit de la rivière pour poursuivre notre route. 

Voilà ce fut 10 jours de bonheur, nous avons fait de belles rencontres, vu des paysages grandioses, avons souffert de notre manque d’exercices physiques mais nous avons déjà l’itineraire de notre prochain trek. Une nouvelle voie s’est ouverte celle du Mardi Himal que nous fairons dans … 

Compter maintenant en trekking 3500 à 4000 rps /2/jour

Trekking dans les Annapurnas : jour 5 à 7

Par défaut

Le 9 mars : 5ème jour de treck  : Jhinu – Jhinu

Coût des repas et chambre du 8 : 2940 rps/2

Coût des repas et chambre du 9 : 3120 rps

Et oui on ne s’en lasse pas, et encore un jour de repos. Les jambes sont toujours « carbonisees » mais nous avons fait un effort : visite du jardin

de Jhinu haut

de la piste d’atterrissage de l’hélicoptèreOn nous explique que dans 2 mois il va y avoir un nouveau pont de plus de 2 km de long, 1000 m au dessus du vide pour relier Jhinu à Samrung, d’ici à  la vallée d’en face.

Le 10 mars : 6eme jour de trek  Jhinu 1780 – landruck 1695 – 4h Derriere ces plastiques il y a un homme. Départ 8 h 35. Nous commençons par une grande descente jusqu’à la rivière Kimrong khola.

Une remontée jusqu’à Sumrung ou nous reprenons un thé au premier tea Shop.  En face derrière les bâches oranges, des ouvriers creusent pour pouvoir amarrer le pont qui arrivera du côté de Jhinu. On regarde un porteur qui repart bien chargé et oui les gens les considèrent toujours comme chameau ou poney.

Nous prenons ensuite la direction de New Bridge puis celle de Landruck. La montée se fait doucement puis un peu plus hard quand n approche de landruck. Nous traversons de tres vieux ponts en bois qui sont rafistoles au fil des annees. Dès l’entrée du village des jeep attendent les touristes pour les descendre à Pokhara. Le plus difficile c’est certainement la traversée de landruck et la montée jusqu’au Tibet guest house. La présence des jeep a pour effet de desertifier le village qui il y a encore 4 ans étaient rempli de trekkers. Ce soir nous resterons 2 dans la Lodge qui est très belle avec toutes ses fleurs et d’une très grande propreté comme partout.Coût repas + chambre (200 rps) : 3190 rps

Le 11 mars : 7ème jour landruck – Tolka 1860 m : 1hNous quittons landruck vers 9 h puisque notre étape est très courte aujourd’hui.

Nous suivons la route et non plus les petits chemins. Nous nous arrêtons à Ram Lodge qui se trouve sur le chemin qui mène à Deurali puis Pothana nos prochaines étapes.

Le temps est très couvert et dès 11 h il pleut.
Coût du repas et de la chambre (300) : 3640 rps

Trekking dans les Annapurnas : jour 1 à 4

Par défaut

Le 5 mars : 1er jour Pokhara 820 m – Ghandruck 1940 m
8h30 départ de l’hôtel à pied
8h45 – 9h15 : bus de fewa lac au bus park
9h20 – 11h 20 : 2ème bus du bus park au village de Kandé – 80 rps/1- 2h11h25 – 12 h20 : 3ème bus Kandé – Naya Pul (1070m)- 50 rps/1 – 1h
Dal bhât à 400 rps alors que nous ne sommes pas encore en montagne, bref on c’est fait arnaqué, on avait pas demandé le prix avant.

13h – 14 h 15 : 4 ème bus Naya Pul – Ghandruck 2 – 150 rps/1 : 1h15
Cela fait beaucoup de bus alors qu’il y a désormais des bus direct pokhara – Ghandruck pour 300 rps/1, mais je ne le savais pas. Le dernier bus nous évite au moins 7 h de marche voir plus. De l’arrêt du bus Ghandruck 2 pour aller jusqu’au village il nous reste 1h30 de marche ou plutôt de steps.

On s’arrête à la première Lodge hôtel Sakura German Bakery and Post Office Ghandruck 5. (300 rps la nuit), très bonne adresse. Comme toujours les chambres sont alignées. En bas c’est souvent pour les guides et les porteurs. Les cours sont très fleuries. A l’étage c’est pour les trekkers. Chambre très froide à 2 ou 3 lits avec grosse couverture. Le soir c’est dal bât pour moi et riz frit oeufs pour François, on dine dans la salle à manger. Nous avons déjà sur nous nos grosses polaires et doudoune. A 20 h on est au lit.Coût des repas et chambre à Ghandruck 1840 rps (chambre 300)

6 mars : 2ème jour de marche Ghandruck – Tadapani 2630m qui s’est transformé car on s’est trompé de chemin en

Ghandruck – Kot Danda (ghandruck 11) 2340 m : 3h30 de marche
Dès notre réveil on monte sur une hauteur de Ghandruck pour observer le Machapuchare 6997, l’annarpurna sud 7919, l’Annapurnas 1 plus de 8000 et le hiunchuli 6441 qui sont bien visibles. Clic clac les photos car souvent très rapidement les sommets se couvrent de nuages. Là non, nous avons le temps de prendre le petit déjeuner et de partir en dernier vers 8h25. On nous a prédit 4 – 5 heures de montée.

C’est difficile. François à un nouveau sac à dos, pas terrible, les bretelles de portage sont étroites. Elles ne lui enrobent pas bien les hanches ni les épaules.

Vue du village de Barghar – Ghandruck 8. Ça grimpe dur on en chie. Comme dit François « le bar c’est bien mais on paie l’addition aujourd’hui ». Au bout de 2 h 15 nous sommes au village de Komrong Danda. Waouh, il faut redescendre à la rivière pour remonter de l’autre côté. Non, it’s not possible, allons au Little Paradise c’est à 25 mn de marche, changeons d’itinéraire.

bon nous mettons au moins 50 mn, on croit que c’est là mais non c’est un peu plus haut.

c’est la fin des rhododendrons en fleurs. A midi nous y sommes 3h30 de marche avec une petite pause thé, je crois que cela sera notre maximum de temps de marche, nous sommes épuisés. Nous logeons au Little Paradise lodge à Kot Danda 400 rps la nuit, 550 le dal bât. En regardant les photos, je sors la photo de notre itineraire d’il y a 4 ans et la effarement : on s’est trompé de route. Pour sur, on était pas prêt d’arriver à Tadapani.vous longez la ligne noir Ghandruck – Tadapani et au milieu nous avons bifurqué vers Komrong puis a droite encore vers Kotdanda. Nous avons bien fait car à partir de 13h 30 jusqu’à 16h il a plu et ça, ça nous aurait vraiment énervé.Après 16h, en face, le ciel est noir, on aimerait pas y être. La mamie dès 15H nous allume un feu, la maîtresse de maison nous offre un thé « organic », et oui même ici c’est la mode.Le soir soupe tibétaine la thuppa et à 19h 30 nous sommes au lit.Coût des repas et de la chambre à Kot Danda : 3630 rps (chambre 400)

7 mars : 3ème jour de trek Kot Danda 2340 – Jhinu 1780m : 4 hCe matin les montagnes sont encore visibles, elles nous semblent encore plus proches. Des 7000, 8000 m, nous sommes très chanceux. La famille est déjà au boulot, il est 7 h. On prend quelques photos des chiens, des enfants.

C’est un chouette endroit et une chouette famille. On prend un Apple Pancake au petit déjeuner et un café au lait en compagnie des enfants et des chiens. Départ à 8h35

Petite descente sous le regard des montagnes.

Nous arrivons au village de himalkyu, on se trompe, c’est pas notre année. On traverse des champs de blé, les escaliers sont truffés de fleurs, c’est magnifique et bucolique. Mais… On se tape une descente de près de 800 m en 2h. On s’arrête au hameau de Somrung une bonne heure. François vacille, ses jambes ne le portent plus, à chaque pas il croit qu’il va tomber, il marche bizarrement près a s’écrouler. Dans ce petit hameau qui fait face à Jhinu, une rivière nous sépare on rencontre un porteur de fruits et légumes qui se rend à Chhomrong, il porte 55 kilos. Il n’a pas petit déjeuner, on lui offre un paquet de biscuits. Il nous reste encore une descente jusqu’à la rivière, on traverse un petit pont et hop hop hop c’est la montée, raide mais courte, jusqu’à Jhinu. On recroise notre porteur de fruits qui nous offre 2 pommes. Nous sommes presque arrivées. On lui dit de venir manger le dal bât à Jhinu dans notre guest house. On lui offre car lui aussi n’a plus de jambes par le poids de sa charge et la faim. A 12 h 30 nous sommes au Namaste guest house 400 rps la chambre et désormais si vous voulez avec une salle de bain c’est possible pour 1000 rps… nous connaissons la famille qui tient cette Lodge depuis notre premier trek ABC Base camp (2006). Comme c’est un très bel endroit et qu’on y mange bien, il y a beaucoup de monde. Je crois qu’on y restera 2 jours maybe.

Coût repas + chambre (300) : 3960 rps

8 mars : 4 ème jour de trek : jhinu – jhinu 

Jour de repos complet

 (Vue de la fenêtre de notre chambre) Je tiens à préciser qu’ici au fin fond du trou du cul du monde, il n’y a pas de zones blanches

La Holi

Par défaut

Holi célèbre la victoire du bien sur le mal et l’arrivée du printemps. Cette fête dure une semaine mais seul le dernier jour est fêté par tous avec des poudres colorées.  C’est un jour de pleine lune. Phagu est l’autre nom de Holi qui signifie « poudre rouge sacrée »   

Pendant ce festival coloré, les touristes étrangers et les népalais se jettent de la poudre sèche et de l’eau colorée pour exprimer leurs sincères bénédictions et leurs bons voeux.

C’est très bon enfant. Les népalais nous déposent délicatement la couleur en nous caressant le visage. La rue qui longe le lac est piétonne , des scènes sont installées à plusieurs endroits et si vous ne voulez pas etre colorees, pas de soucis vous pouvez rester clean. 

L’origine du Festival Holi remonte au « Mahabharata », célèbre épopée indienne. Selon la légende, le roi Hiranyakashipu était si arrogant qu’il ne permettait pas aux gens d’adorer le Seigneur Vishnu. Cependant, le prince Prahlada était un ardent dévot de Vishnu et s’opposa ouvertement à son père.

Le roi ordonna à sa soeur Holika de brûler le prince la nuit de pleine lune. Sous la bénédiction du Dieu Vishnu, Prahlada resta indemne alors que Holika était réduit en cendres. Quand le prince sortit du feu, les gens l’arrosèrent d’eau colorée pour exprimer l’éloge du bien et la haine du mal.

Nous on se l’ai fait petit joueur 

Go to Pokhara maybe

Par défaut

27 février
Il est 21 h quand nous prenons un rickshaw pour nous rendre à la gare de Varanasi. La gare est noire de monde, à l’extérieur comme à l’intérieur, de nombreux trains sont delayed.

Nous nous installons sur le quai n°2 ou il n’y a personne à part des singes qui semblent y avoir élus domicile et des vaches. Notre train est toujours annoncé à 0h35 
28 février
Ça y est c’est reparti pour un tour. Notre train le 15003 varanasi – Gorakhpur est annoncé à 0 h 50 puis à 1 h 02, 1 h16 , 2 h pour arriver à 2 h 45. La patiente est de mise mais j’en peux déjà plus, le traitement du doctor Pushkar me rend ramollo, je n’ai pas récupéré du précédent voyage en train. Le train est bondé, les gens montent avant que les gens est eu le temps de descendre, Bazar et cohue sont les termes exactes voir émeute. Bon allons y je pousse, j’invective, je fonce jusqu’à nos places. Elles sont prises, il faut réveiller les gens pas simple car il y a une personne âgée mais c’est the jungle. Je me couche, je ne sais si je vais dormir une dizaine d’yeux indiens me regardent. Beaucoup n’ont pas de place. François partage sa banquette du bas avec 2 indiens, il dormira en chien de fusil tout le voyage. Moi, je vais dormir 2h, c’est toujours ça de pris. Sur le matin le train c’est vidé. Nous arrivons à Gorakhpur à 10h au lieu de 7h. 3h de retard, c’est embêtant pour le reste du voyage car nous sommes loin d’être arrivé.
De la gare nous allons à pied au bus stand pour prendre le bus pour Sonauli ville frontière inde – Népal. A 10 h 15 nous sommes dans le bus. Pour sortir de Gorakhpur c’est l’enfer. Il est vrai que le système qui est à celui qui passe le premier à ses limites dans les carrefours. Résultat tout est bloqué personne ne passe. Bon normalement le guide du routard que nous avons lu à Varanasi dit 2 – 3 h pour la frontière. Nous mettrons 4 h. Encore du retard accumulé pour la suite du voyage.
A Sonauli, nous sautons chacun dans un rickshaw à vélo pour passer les 2 immigrations. Les boules les gars ne savent pas la procédure à suivre et nous conduisent directement à la frontière népalaise. Hop retour en arrière, heureusement l’immigration indienne tamponne de suite nos passeports, re départ pour l’immigration népalaise que nous passons en 10 mn (remplir un formulaire, 1 photo, 40 dollars pour un mois). On change des euros en roupies nepalaises, de la frontière il y a un bus pour pokhara qui part à 16h il est 14h30. On décide de reprendre un rickshaw à vélo pour nous rendre 4 kms plus loin au bus stand de Bhairahawa. (et oui le Népal c’est moins busy). Mauvaise opération, ici le bus part à 17h30, un vrai local bus népalais. Cela signifie que nous arriverons à Pokhara aux alentours de 2h du matin puisqu’il y a 8 h de bus environ pour 182 kms. On ne se laisse pas abattre et on va se taper 2 tuborg strong. On mange une omelette car quand on voyage c’est souvent sans boire ni manger (sauf thé biscuits) pour éviter les pipi et les diarrhées.
17h30 c’est le départ. On fera des dizaines de kms sur une route extrêmement poussiéreuse et défoncée. Même il y a 20 ans, je me demande si les routes n’étaient pas meilleures. On retrouve la gentillesse et le civisme népalais. Vers 22h on s’arrête pour manger un dal bât , la cantine est tenue par une famille de gurka, tout est hyper cleen et très bon. Comme d’habitude nous sommes les 2 seuls touristes. On voyage vraiment à la loyale.
1er mars
Il est 1h45, le chauffeur s’arrête, grosse fatigue, il se tape un roupillon. En fait, nous arriverons à Pokhara à 4h30 du matin. Le retard du train et du bus pour la frontière ne nous ont pas permis de prendre le bus qui nous aurait fait arriver en début de soirée.
Nous logeons au Harvest Moon Guest House. superbe hôtel, belle chambre, eau chaude (1250 rps la 1ère nuit -10€- 1000 rps les nuits suivantes).

Nous avons la chambre qui se situe sur le toit, terrasse privée c’est cool. Aujourd’hui c’est la Holi festival.