HAMPI 3

Par défaut


Quand nous sommes arrivés à Hampi cette année on se chamaillent pour savoir où dormir. François voulait traverser la rivière, ou nous vivons actuellement, lieu sympa plus au calme, je voulais rester à Hampi baazar plus bruyant mais plus facile pour se rendre sur le site, où l’on peut faire les différents coucher du soleil sur les collines environnantes sans avoir la contrainte du bateau (7h30-17h30). Avoir un point de vue divergent sur la question était inutile puisque Hampi Baazar est devenue une ville fantôme. Toutes les guest house sont fermées, leurs noms sont recouverts de peinture, tout comme les restaurants, les Shops de vêtements, d’épicerie, le money changer. Une poignée d’habitants propose parfois de vendre une boisson fraiche, un café. Le village de Hampi, tout comme les marchands du temple font parti intégrante au site. Le site est tellement vaste que cette petite partie de vie aurait pu survivre.

Le Mango tree a déménagé, il se situe dans la petite ville de Kamalatipur à 4 kms, le manager de wiki’s est responsable désormais de l’hôtel Varhsa qui se trouve juste à côté du Mango Tree ( plus de 2000 rps la nuit), très belle grande chambre avec AC.

Nous rendons visite à Imann et sa famille qui vivent dans le quartier rebaptisé New Hampi, c’est dans les champs à côté de sa maison que sera construit d’ici deux ans le nouveau complexe touristique (hôtels, boutiques).

Dans son quartier on peut désormais trouver des home stay (chambres chez l’habitant). Voilà notre séjour à Hampi se finit se soir, nous reprenons le bus de nuit pour Panadji puis Vagator.

Publicités

HAMPI 2

Par défaut

Le 16 à minuit

Ha 1, 2, 3, 4 piqures. « François t’es piqué ? » Non me répond t’il. J’allume la lumiere, j’inspecte le lit, rien. J’éteins la lumière,  1, 2 , 3 piqures, j’allume la lumière,  j’inspecte le lit, ha une bête.  Je la pousse du lit, j’éteins la lumière,  1, 2, 3 piqures, j’allume la lumiere, 1,2,3, puces de lit. Je réveille François, nous avons déjà connu ça,  je ne reste pas dans cette chambre. Je réveille le gardien de nuit, il n’y a plus de chambre de disponible, il nous emmène dormir dans le dortoir du staff. Grande paillote,  matelas au sol, lumière allumée toute la nuit, les gens du staff qui viennent se coucher à toute heure, musique indienne, les chiens qui essaient de squatter ton matelas, qui jouent ou aboient toute la nuit, le froid sur le matin.

A 8 h nous sommes debout, à  9 h nous changeons de chambre. Nous passerons notre journée dans des bus pour aller à Hospet acheter le ticket de bus de nuit pour Manon qui repart jeudi.

Le 17 janvier

Nuit épouvantable, éruption de boutons toute la nuit, 3ème nuit blanche pour moi. A 9 h nous traversons la rivière,  on prend un thé face à la rivière dont le niveau a extrêmement baissé, nous attendons le bain de l’éléphant.

Puis nous nous rendons chez Krishna pour le petit déjeuner. Sa maison familiale se situe à côté du premier Mango tree au milieu des bananeraies. Il nous fait visiter, nous explique l’histoire du Mango Tree,  ou ses grands parents qui possédaient les bananeraies ont commencé par faire du chaï,  puis quelques repas et pour aboutir à la création du plus célèbre restaurant de Hampi. 

Il nous fait servir un petit déjeuner de roi, il nous raconte sa jeunesse et nous montre en ancien grand fumeur de chilom, comment il fabriquait un chilom à partir d’une feuille de cocotier.

Il le rempli de tabac et fait tester à Manon.

Nous poursuivons notre journée en visitant différents endroits sur le site,

nous terminons par le grand temple ou nous retrouvons Laxmi l’éléphant et les singes voleurs de bananes.

Le 18

4eme nuit sans dormir, 2ème nuit de poussée de boutons, donc aujourd’hui c’est carpette toute la journée au Hema guest house.  Notre seule sortie sera pour accompagner Mânon au bateau, ce soir elle reprend le bus de nuit pour Panjim puis Vagator.

HAMPI

Par défaut

Le 14 janvier

Nous partons de Vagator avec Manon pour nous rendre à Hampi dans le Karnataka. Nous prenons 2 bus locaux Vagator -Mapusa et Mapusa – Panjim puis un bus de nuit sleeper pour Hampi. Il part à 20 h et à 6 h le lendemain matin nous y sommes. 

Le 15 février

Nous commençons notre journée avec un chaï, des gâteaux secs et le lever du soleil. Les rickshaws men nous apprennent que tous les hôtels dans Hampi bazzar sont fermés depuis 4 mois, que nous pouvons logé de l’autre côté de la rivière mais qu’il n’y a pas de place pour tout le monde. Je vous montrerais la désertification d’hampi dans une prochaine note. Les gâths sont noirs de pelerins venus célébrer le festival de Pongal, nous arrivons le dernier jour

Pongal  est la fête des moussons. Elle est célèbrée durant 4 jours et correspond à un exploit du dieu Krishna.  Le dieu au visage bleu aurait protégé les villageois de Brindavan contre la colère de Indra, le dieu de l’orage.  Chaque journée du festival porte un nom différent.

Jour 1 :Bhogi :  C’est la journée des vieux tissus. Les vieux vêtements sont brûlés et jetés pour marquer le début d’une nouvelle vie.

Jour2 : Pongal : Durant cette journée, a lieu une cérémonie rituelle d’offrandes au soleil pour remercier des récoltes. Lors de cette journée, on mange le Pongal, un plât à base de lait et de riz.

Jour 3 : C’est le Mattu Pongal. C’est la journée où l’on honore les vaches et les buffles en leur mettant une guirlande, un kumkum(une marque sur le front) et en leur apportant une meilleure nourriture qu’a l’habitude.

Jour 4 : Kanum Pongal. En cette dernière journée, les habitant mangent des cannes à sucre et décorent leurs maisons en effectuant des Kolams (dessins géométriques au sol en couleur pour cette occasion).

Nous nous rendons ensuite sur les gâths, il y a une queue d’ au moins 50 touristes qui attendent déjà le bateau pour traverser.  Nous adoptons la stratégie suivante : avec Manon nous restons sur les gâths pendant que François ira seul et sans bagage de l’autre côté de la rivière pour réserver 2 chambres au Hema guest house.  Il double donc tout le monde et prend le premier bateau. Le coût de la traversée est de 50 rps/personne au lieu de 10 rps. Pendant ce temps nous nous délectons de la vie sur les gâths en regardant les pelerins qui se baignent, font leur toilette, les soins corporels avant de revêtir des nouveaux vêtements. 

L’eau de la rivière est haute (regardez du côté du temple immergée demain l’eau aura baissée  de 2 m) . François nous appelle par téléphone il a réservé 2 chambres, les prix ont doublé.  L’an dernier nous payons la chambre 700 rps, désormais c’est 1500 rps. Nous l’obtenons à 1100 rps. Nous attendons avec Manon que le prix de la traversée baisse et nous rejoignons François en ayant payé 30 rps chacune. Voici la chambre de Manon

Nous prenons un petit déjeuner,  nous nous installons puis, nous retraversons  (20 rps/1) pour aller manger au Mango Tree qui se situe désormais à 4 kms. Il faut prendre le bus pour y aller. Tout le monde est content de nous revoir et Krishna le patron nous invite à prendre un petit déjeuner chez lui le 17 matin. Nous reprenons ensuite un bus pour retourner sur le site d’Hampi et faisons une petite balade parmis les pèlerins qui nous prennent en Selfie tous les 2m.

Le soir on rentre lessivés, on papote jusqu’à  près de 23 h et à minuit pour François et moi tout bascule.

Vagator 2

Par défaut

Revenons au 11 janvier. Le matin de nouveau nous cherchons un magasin qui vend des recharges Vodafone.  Notre forfait s’il y en avait un est déjà épuisé,  on comprend pas trop bien la téléphonie indienne. 

Ensuite nous allons jusqu’à Chapora pour louer un scooter  voilà nos petits boulots du jour sont finis. Il faut bien se fixer des objectifs journaliers pour ne pas trop glander. Le soir apero sur la plage de vagator  puis nous allons a Anjuna faire une before. On adore les before, on arrive tôt,  le DJ est en place le son est à fond mais il n’y a personne c’est pas l’heure.

On reste un peu et on se casse avant la grosse TEUF. C’est notre délire faire la fête sans la faire. Nous retournons à Vagator au Moonlight pour dévorer une superbe salade de fruits,  yaourt, miel

Le 12 pas mieux on arrive à décoller à 16h.  Nous prenons la direction d’Arambole (40 kms aller – retour) juste pour boire un coup

Puis un 2ème dans le bar branché de la plage de Vagator 

Le’13 c’est repos, juste une balade sur la plage de Vagator ou les indiens sont venus nombreux passer le week end  le bilto c’est installé sur la plage ou les jeunes indiens se font plumer 

Le 14 petit café,  on prépare les sacs car ce soir c’est bus de nuit direction Hampi

Vagator

Par défaut

Le 8 janvier, nous partons de Palolem pour Vagator, un Village Goanais situé au nord de l’état. Un 1er bus et 20 bonnes minutes de marches avec nos sacs a dos pour la Railway station de Margao. Après une heure de queue on s’entend dire qu’il n’y a plus de place dans les trains pour hospet avant le 19 janvier. Nous reprenons un bus pour le terminal des bus de Margao ou nous effectuons une pause dejeuner. Puis, nous prenons un 3ème bus Margao – Panadji, un 4eme bus Panadji – Mapusa, un 5ème bus Mapusa – Vagator beach. De la Manon vient nous chercher en scooter pour nous amener à notre chambre. 350 rps la nuit, chambre chez l’habitant, une maison entourée de verdure, au fond de la cour au milieu des chiens et des poules notre chambre. Elle est vaste et lumineuse. Le soir nous allons boire un verre dîner avec Manon, Yams et Christelle puis direction la falaise de vagator pour la soirée ORIGINS. Les Dj s’enchaînent de 18 h à midi le lendemain . Coût de l’entrée 1000 rps. Bon alors qu’en dire c’est boum boum, c’est pas vraiment mon trip ou alors il faut être défoncé à mort. Quand on connaît pas ce genre de musique on trouve que c’est toujours la même chose, monotone, répétitif quel que soit le DJ.

A 2h30 du mat on décide avec François de s’aventurer a pied dans Vagator pour rentrer chez nous. On se couche bien après 3 h et la dur dur nous n’avons pas de moustiquaire et les moustiques ont faim. Nous n’avons pas eu la presence d’esprit de mettre le fan. On s’endort vers 5 h et le lendemain c’est carpette toute la journée.
Vagator c’est aussi la plage, le soleil, la douceur de vivre.

toujours 0 baignade même pas un orteil dans la mer.

Le 10 nous faisons un aller retour à Panadji pour acheter nos ticket de bus de nuit pour Hospet – Hampi.
Le 11 on se la cool toujours douce et le soir…. à suivre

Petit tour gastronomique

Par défaut

Dernier jour à Palolem, demain nous partons à Vagator rejoindre Manon. Quoi de neuf ? Et bien rien toujours 0 baignade mais de nombreux somptueux repas. On essaie aussi de marcher de une à deux heures par jour. 

Fish thali restaurant Sumaya à Palolem

King prawn ( enfin ce qu’ilen reste ) Baba Italy – Palolem

Mulet – Baba Italy – Palolem

Calamari chilly fry – dosai et thali – Agonda

Fisch thali – Dosai et,thali – Agonda

Le tout arrosé de King Fisher extra fraîche 

Les prix sont toujours intéressants. Il faut compter 1€ 10 à 2 € par personne pour un thali, un poisson vaut minimum 5 €, les calamars 2 € 50, 2 € une King prawn. Dans les restaurants plus aucune femme porte le sari. Elles sont habillés à l’occidentale, elles fument, boivent de la bière jeunes et moins jeunes. A l’aéroport nous en avons vu une habillée des pieds à la tête en Prada.

Glandouille à Palolem

Par défaut

Depuis notre arrivée on peut dire que l’on se la cool douce. Levés à 11h, petit déjeuner chez Kiran : jus d’ananas frais, café au lait crêpe à la banane et au miel. Lecture et vers 15H meals is ready. Comme toujours depuis des années nous savourons le fabuleux thali goanais veg ou fisch suivant nos envies. Nous prenons le bus vers 16h pour Canacona distributeurs pour faire le plein de roupies, l’euro étant assez haut puis nous essayons d’acheter une carte sim pour pouvoir téléphoner en inde.  Demain vendredi cela sera notre 3ème aller retour pour cette fameuse carte sim. Rien n’est impossible en Inde mais il faut avoir le temps pour chaque démarche. Nous rentrons à pied de Canacona 45 mn environ de marche, on rend visite aux personnes que nous connaissons puis, arrive l’heure du Scrabble et de l’apéro. On fait un  dîner succins, lecture jusqu’a minuit et voilà la journée est passée.  Quel voyage palpitant. Il est vrai que cela fait près de 10 ans que nous venons ici et qu’il n’y a rien de nouveau. Ha sice que je peux rajouter c’est que nous avons déjà bu le porto goanais,  la bière King fisher strong, mangé X thali, vu un coucher du soleil et bien sûr vous savez déjà ce que nous n’avons pas encore fait et oui, en 4 jours nous nous sommes baignés 0 fois…

Bonne année 2018

Par défaut

Le 30 décembre est enfin arrivée NOTRE VOL POUR L’INDE est pour ce soir. Levés à 7h (café y est fait) après 4h de sommeil,  nous avions fait la veille une petite fete chez Pierre. Direction l’Yonne pour déposer notre voiture, un couscous pour s’exploser le bide et à 15 h notre voyage comence par le TER Pont sur Yonne – Paris gare de lyon. A 100 du quai de la gare de Lyon,  nous restons bloqué 1h dans le train. Si bien que lorsque nous arrivons  à l’aéroport il y a une file interminable à l’enregistrement de Air India. Dans l’avion nous sommes assis à côté d’un compatriote VEGAN si bien qu’il partage ses plateaux repas avec nous car il ne mange rien. Au préalable nous avions pris deux double whyski c’est a dire deux verres de double whisky. A Delhi nous restons bloqué à nouveau 5h de nombreux vols sont annulés ou retardés.  On patiente , on assiste à des petites manifs indiennes, slogans,  sitting, bloquage des allées puis tout rentre dans l’ordre. Nous arrivons donc à Palolem chez Kiran à 21 h et bien sûr pas de chambre. C’est donc sur la terrasse du petit déjeuner que kiran et Areti nous installent un lit pour la nuit, matelas au sol avec moustiquaire, tentures pour notre intimité. Malgré la fatigue et 34h sans dormir nous allons dîner des crevettes sauce chilly,  un paneer ticka massala arrosés de bière King fisher  et nous débutons, sur la plage à la vodka au son de la musique techno et entourés de feu d’artifice, cette nouvelle année.

Kuala Lumpur : the end

Par défaut

Adieu porc BBQ, poulet grillé,  canard laqué Pour notre dernière soirée nous aurions pu voir Pink Floyd joué par un orchestre symphonique mais c’était complet A la place nous avons eu une véritable pluie digne de la mousson. Nous vous disons bye bye et à l’année prochaine